100e singe, champ morphique, masse critique: tout est lié?


Macaques japonais
R. Sheldrake
J. Benveniste

« J’aimerais voir le monde changer, mais que puis-je faire seul?… »

L’expérience du 100e singe

Cette expérience laisse entrevoir ce qui se passera théoriquement lorsqu’un nombre suffisant d’humains auront atteint un certain niveau de conscience.

L’expérience se passe durant les années 50 sur une île du Japon avec des macaques japonais. Les chercheurs lançaient aux singes des patates douces dans le sable pour étudier leur comportement. Ceux-ci les mangeaient mais n’aimaient pas par le sable. L’un d’eux s’approcha d’un ruisseau pour laver la patate. Curieux, les autres l’observèrent et l’imitèrent. Bientôt, tous les singes allèrent directement au ruisseau avec les patates. Quatre-vingt-dix-neuf firent pareil, sauf le centième (était-ce vraiment le centième, peu importe), qui alla vers la mer pour y laver sa patate et réaliser qu’elle avait bien meilleur goût avec du sel.

C’est alors qu’il se passa quelque chose de très intéressant : non seulement les singes de cette île l’imitèrent mais aussi ceux d’une île voisine qui allèrent directement à la mer pour les laver. Sur le continent aussi, on observa le même phénomène. Le centième singe avait apparemment libéré un potentiel d’énergie suffisant pour que ce savoir atteigne les autres singes par la pensée.
Le scientifique Rupert Sheldrake (sans lien avec cette expérience) expliquerait ces transferts par les « champs morphogénétiques » (ou résonance morphique), une théorie qui pourrait aussi expliquer les phénomènes télépathiques. Sheldrake a réalisé une expérience avec des souris plaçées dans un labyrinthe menant à de la nourriture. Il a été observé que les générations suivantes de souris traversaient le labyrinthe de plus en plus rapidement. De la même façon, une fois une découverte réalisée dans un pays, le processus de « gravure énergétique » de la pensée est achevé ; ainsi, pour les autres chercheurs qui travaillent à un projet semblable, il sera dorénavant plus facile d’atteindre ce but ou de d’aller plus loin.

(cliquer)

Lorsqu’un nombre assez grand d’hommes sur Terre (une « masse critique ») auront accédé à un niveau de conscience élevé, il sera plus simple pour le reste de l’humanité d’y parvenir, que ce soit la lutte contre la pauvreté et la faim, la protection de l’environnement, etc. Ceci fait aussi partie de la loi de résonance.
Des thèmes connexes ont été abordés par d’autres scientifiques ou auteurs, comme le biologiste Jacques Benveniste (la mémoire de l’eau), le psychologue Carl Rogers (psychologie sociale), le roman d’aventure best-seller La prophétie des Andes.

Devant les défis du monde, beaucoup d’hommes ont le raisonnement suivant : « Oui, mais moi tout seul, je ne peux rien y changer. » Mais ce pourrait être vous « le centième singe ».

« C’est une illusion créée par le cerveau que de penser que vous êtes un individu séparé du reste. »
LIENS
Le centième singe, livre par Ken Keyes, Jr.
Les sociétés secrètes – et leur pouvoir au 20e siècle, livre de Jan Van Helsing aux éditions Ewertverlarg.
Site sur l’expérience du 100e singe
Rupert Sheldrake
L’opinion de Sheldrake sur ce phénomène
Questions-réponses à Rupert Sheldrake
Jacques Benveniste, la mémoire de l’eau
Publicités
Comments are closed, but you can leave a trackback: Trackback URL.
%d blogueurs aiment cette page :