Discours sur la réalité

DISCOURS SUR LA RÉALITÉ   (version courte remaniée)

Version intégrale ici.
 

Tous les concepts statiques et morts sont potentiellement mauvais.
Ils contiennent une certaine connaissance, mais sont déficients en sagesse et dépourvus de vérité.
Ils retardent invariablement la science, la politique, la société, et la religion. 
Car l’ombre de la vérité relative et vivante se déplace continuellement.
 
La source de la réalité de l’univers est l’Infini.

Quand la causalité dans le domaine physique, la conscience de soi dans le domaine intellectuel, et l’individualité en progrès dans le domaine de l’esprit sont projetées à l’échelle universelle, elles constituent la réalité de l’Être Suprême (l’une des 7 personnes de Dieu).
Le plus haut niveau que des créatures finies puissent atteindre est la récognition du Père Universel et la connaissance du Suprême. Même alors, les êtres destinés à la finalité continuent à expérimenter des changements dans les phénomènes matériels du monde physique.
 
C’est seulement dans la perfection, l’harmonie, et une volonté unanime que les créatures peuvent s’unifier avec le Créateur; et cet état de divinité n’est atteint que si la créature continue à vivre en conformant son vouloir personnel à la volonté divine du Créateur.

Un borgne ne peut jamais espérer voir le relief d’une perspective. Pas plus les savants matérialistes borgnes que les mystiques et allégoristes bornés ne peuvent comprendre les véritables profondeurs de la réalité universelle.  

Toutes les vraies valeurs de l’expérience des créatures sont cachées dans la profondeur de la prise de conscience.
La personnalité est la dotation cosmique qui peut coexister avec des changements illimités et en même temps conserver son identité en présence de tous ces changements, et indéfiniment après eux.

La vie est une adaptation de la cause cosmique originelle aux exigences et aux possibilités des situations de l’univers. La valeur de la vie est son aptitude au progrès — même qu’aux hauteurs de la conscience de Dieu.

Par elle-même, la vie intelligente et progressive devient une preuve irréfutable de l’existence d’un univers intentionnel exprimant la volonté d’un Créateur Universel.

 
(Connaissance et vérité:)

La connaissance est la sphère de la pensée matérielle, celle qui discerne les faits. Elle est un attribut de la pensée et elle démontrable.
La vérité est le domaine de l’intellect spirituellement doué qui est conscient de connaître Dieu. Elle est un une expérience de l’âme, de l’ego qui progresse. La vérité ne peut être qu’expérimentée

L’erreur (le mal) est la sanction de l’imperfection. Les attributs d’imperfection (ou des mauvaises adaptations) se révèlent sur le niveau matériel par l’observation critique et l’analyse scientifique; elles se révèlent sur le niveau moral par l’expérience humaine.

La possibilité de commettre des fautes est inhérente à l’acquisition de la sagesse. C’est le plan pour progresser du partiel et du temporel vers le parachevé et l’éternel, du relatif et de l’imparfait vers le définitif et le perfectionné.

Le mal est donc un concept relatif. Le fait de l’élément partiel en présence du total parachevé constitue la relativité de la réalité. Il crée la nécessité de choisir intellectuellement; il établit des niveaux de valeurs où l’on reconnaît l’esprit et où l’on est sensible à l’esprit. 

(Discours attribué à Jésus de Nazareth – Micaël de Nébadon, selon le  Livre d’Urantia
.

Publicités
Post a comment or leave a trackback: Trackback URL.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :