Québec: Zachary Richard dénonce la haine propagée par le Canada anglais

Texte de Zachary Richard, écrit ce matin.
Merci M. Richard au nom de tous les Québécois.

J’ai été choqué ce matin d’apprendre que la soirée de victoire du Parti Québécois fut bouleversée par des coups de feu. Près de la porte arrière du Métropolis, l’entrée des artistes par laquelle j’ai passé maintes fois, un homme habillé d’un peignoir bleu et d’une cagoule a ouvert le feu laissant un mort et un blessé, et a mis le feu au bâtiment.

Madame Marois, qui était ciblée, ainsi que la foule, qui donnait son discours au moment que les coups de feu ont éclaté, s’est fait conduire hors de la scène par deux agents de sécurité. Elle est revenue quelques minutes plus tard pour calmer ses supporters. Dans le contexte de ce monde fou, ce n’est pas si surprenant que la folie arrive à notre porte après tout. Mais ce qui m’inquiète et qui me dégoûte est la réaction de certains suite à cette évènement tragique.

Pendant que le tueur se faisait transporter par la police, il criait : « Les Anglais se réveillent. C’est la vengeance des Anglais. » On traite clairement avec un fou, mais il semble que la folie se propage.

Dans les instants suivant le drame, une page Facebook a été créée pour réclamer la démission de Pauline Marois. Le créateur de la page, qui a rapidement accumulé 300 adeptes, stipulait que les événements du Métropolis démontrent que la présence du PQ à la tête de la province ne peut que provoquer de la violence.

Pire encore est la réaction du Globe and Mail, journal torontois, où on peut lire que « Les Séparatistes créent un cauchemar au Québec. » Dans un éditorial du 5 septembre on écrit: « Certainement les Canadiens raisonnables seront d’accords pour dire qu’une victoire du Parti Québécois sera extrêmement néfaste pour le Québec et le Canada. La campagne a dévoilé la vision irrationnelle, extrémiste et même perverse de Pauline Marois et ses supporters séparatistes. Ils n’aiment pas le Canada. Ils n’aiment pas la richesse. Ils n’aiment pas l’innovation. Il semble que même ils n’aiment pas les gens qui ne les ressemblent pas ou qui ne parlent pas comme eux. »

C’est un point de vue haineux, basé sur des préjugés et qui ne mérite que du dédain. S’il y a un cauchemar créé, c’est par un journaliste si peu responsable qui propage des propos incendiaires.

La nouvelle de l’évènement fait le tour du monde et vient assombrir la victoire du Parti Québécois. Mais ce qui est dangereux est de proclamer que ceci est la faute du Parti Québécois, et que les séparatistes ne sont que des terroristes. Ce qui me dérange c’est que cet évènement peut engendrer la peur.

Je voyage souvent à Moncton, Nouveau-Brunswick où j’observe un phénomène dérangeant parfois.

En entrant dans un ascenseur, ou en rencontrant quelqu’un dans la rue, on a un moment d’hésitation. S’il s’agit de s’adresser à un inconnu, on parle en anglais, ou on dit « Hello » sans accent, créant délibérément une ambiguïté linguistique et donc culturelle. Ceci dans la crainte de déranger. Pendant une grande partie de leur histoire, les francophones de l’Acadie (les ancêtres de Zachary Richard NDLR) s’effaçaient et les vestiges de cette auto-dégradation qui se manifeste toujours dans un gène qui s’éveille en public devant des inconnus. Il ne faudra pas qu’une pareille chose s’installe à Montréal. Il ne faudrait pas qu’on devienne réticent de parler une langue, quelle que soit la langue. Il ne faudra pas que les communautés linguistiques deviennent des groupes ennemis. Il ne faudra pas que le choix de parler le français nous mette dans une position antagoniste par rapport aux anglophones. Et surtout il ne faudra pas que les anglophones s’imaginent que les Francophones sont leurs ennemis.

On ne peut pas permettre à un fou de déstabiliser la communauté. On ne peut pas permettre à nos passions de nous conduire vers la haine. La ligne de combat de la société québécoise ne se démarque pas entre anglais et français, mais entre la tolérance et le préjugé.

Au lieu de jeter de l’huile sur le feu, le Globe and Mail aurait mieux fait de féliciter Pauline Marois pour sa victoire, une victoire démocratique et sans contestation. On aurait mieux fait de la féliciter d’être la première femme chef d’État du Québec. On aurait mieux fait de lui souhaiter bonne chance et courage dans l’épreuve de son mandat. Le début est assez mouvementé, mais il se peut fort bien qu’une femme va pouvoir gouverner avec plus de calme. C’est ce qui je lui souhaite.

Zachary Richard sur Wikipédia
.

Publicités
Post a comment or leave a trackback: Trackback URL.

Commentaires

  • Gaetane  On 14 février 2014 at 23:41

    99% des anglais n’ont rien a y avoir On paie encore pour les stupides et pour le 1% qui se retrouve toujours dans les journaux car il on rien d’autre pour se faire valoir que leur stupidité

    • allmediacom  On 14 février 2014 at 23:59

      @Guetane

      1. Il y a plus que 1% des anglo-canadiens (et anglo-Québécois?) qui répandent de la haine contre la nation québécoise.

      2. L’attentat de Richard Henry Bain n’est pas qu’un geste « stupide ».
      C’est un horrible attentat politique et francophobe qui visait non seulement à assassiner la première ministre Pauline Marois le soir même de son élection, mais aussi le plus possible de personnes présentes dans le Metropolis.
      Son plan a échoué (il n’a tué qu’une personne et blessé une autre) parce que son arme s’est enrayée et que son incendie a été maîtrisé.
      Et il a fait tout ça au nom des « anglais qui se réveillent ».

      « Je me souviens ».

  • Gaetane  On 14 février 2014 at 23:48

    Je déplore la propagande sur les anglais entier du canada, encore une fois pour se faire de la publicité personnel et pour semer la zizanie entre Humain je suis humain avant d’êtres étiqueter québécois, canadienne, français ou anglais HUMAIN et entre humain, ne pas laisser ses Extrémistes CONDAMNER une race entière pour leur besoin de popularité personnel. On ne deviens pas des Hitler on reste Québécois un peuple qui se tien et qui laisse la foutaise aux stupides. Mon opinions, M. Richard ne devrait pas participer a ses propagande pour justifier vouloir un pays indépendant

  • Gaetane  On 14 février 2014 at 23:58

    Cet article nous ouvre les yeux et sa nous encourage de garder notre identité sans devenir nous même des criminels.

  • Gaetane  On 15 février 2014 at 00:00

    La fin de l’article M. Richar m’enchante

  • allmediacom  On 15 février 2014 at 02:28

    Gaetane, veux-tu bien me dire à quelle « propagande » participe M. Richard?
    Il dénonce une haine francophobe qui existe bel et bien.

  • d.helaine  On 16 février 2014 at 11:37

    Bonjour de PARIS à TOUS nos COUSINS du CANADA ! .
    Juste deux mots ! ! .je dit et répète du fond du cœur ! ..Depuis JEANNE D’ARC dite brulée VIVE à ROUEN ! ! par les ANGLAIS ! !, l valait mieux pour notre , s’en occuper et en prendre soin ! .ceci n’a jamais été pardonner par NOUS les FRANÇAIS …ne vous étonnez pas ! ! ..
    sans oublier l’expulsion mise à la mer des FRANÇAIS dit CAJUN : souvenez-vous ! !! . LES FEMMES ET LES ENFANTS D’UN CÔTÉ ET LES HOMMES DE L’AUTRE … et ne l’oublions pas ! !.
    I …nous nous souvenons > .et…VIVE le QUÉBEC LIBRE comme disait un Grand HOMME ! !..qu’ils ont …écarter ! ! en 1944 ! .
    Cousins nous ne vous oublions PAS !..à bientôt .. .un amoureux du QUÉBEC !
    .

  • Gia Mamour  On 17 février 2014 at 19:16

    Comme je l’ai déjà dit, ce n’est que la politique de génocide promulguée par lord Durham qui se continue par des moyens différents. Réveillons-nous pour contrer vigoureusement cet état de chose.

  • Laurent Desbois  On 1 septembre 2014 at 07:28

    Ne nous leurrons pas, leurs maîtres et nos ennemis n’ont jamais été mous!!!

    Les Orangistes sont le bras canadien du KKK… contre les nègres blancs Francophones!!!!

    Il y avait des liens entre les orangistes et le KKK. Ils s’échangeaient des listes de membres. Il y a aussi une grosse différence…. Le KKK a été déclaré illégal à l’USA, mais les Orangistes sont toujours actifs et légal au Canada.

    Ils utilisent maintenant des noms plus acceptables, voir Northern Foundation, Heritage Front et Reform Party.

    Petite histoire du mouvement orangiste canadien,
    par Pierre-Luc Bégin, Les Éditions du Québécois, 2008, 200 p. (ISBN 2923365224).

    http://boutique.lequebecois.info/boutique.html?page=shop.product_details&flypage=flypage.tpl&product_id=45&category_id=1&vmcchk=1
    Pierre-Luc Bégin: Conférence sur les orangistes

    http://video.google.com/videoplay?docid=-1332834420313016581#

  • Judith Mirville  On 11 mars 2015 at 12:18

    Durham, qu’on le trouve détestable ou non en tant que personne, ne promulguait pas le génocide mais l’assimilation progressive et volontaire à la majorité anglaise : c’était le représentant de la tendance progressiste au sein de l’Empire, contrairement à d’autres qui comme Dufferin trouvaient les peuple non-anglais comme les Irlandais, les Iroquois et les Québécois non assimilables et à enfermer dans des ghettos pour des raisons d’infériorité raciale. Je ne suis pas en train de louer Durham plus qu’il ne se doit mais il y a des limites à la mythologie en guise d’histoire, et surtout aux abus de langage. Traiter Durham de génocidaire, c’est laisser passer ces autres Anglais qui l’étaient vraiment au Manitoba contre Louis Riel, c’est comme BHL qui traite presque toute la France de fasciste alors qu’il va à Kiev encenser un régime réellement massacreur au nom d’un idéal nazi qui continue depuis 1945.

    Pour ce qui est du KKK, je vous informe qu’au Canada, tout le comme le drapeau confédéré, il est parfaitement légal tout comme le mouvement orangiste de suprématie raciale blanche anglophone avec lequel il se confond pratiquement. Je vous informe que même si le KKK en question est très anti-francophone (selon la thèse que la plupart des Québécois ne seraient pas des Blancs, et aussi selon la thèse que la langue française est celle des idées qui ont enlevé aux Blancs leur fierté raciale et fait les premières la promotion du métissage), plus de Québécois que de Canadiens-Anglais s’y trouvent maintenant en pourcentage (dont Stéphane Gendron), justement ceux qui croient être de la minorité des vrais Blancs.

    Je vous informe aussi, même si cette remarque est politiquement peu correcte, que le gros des attaques contre l’identité québécoise ne vient plus depuis belle lurette des Orangistes mais d’un milieu surtout juif qui semble en faire une cause personnelle, sans doute pour la simple raison que si l’on enlève la minorité anglo-juive (et quelques autres groupes d’arrivée récente moins considérables en fortune) le Québec anglophone « de vieille souche » ne jouit plus d’aucune supériorité économique sur le francophone. Le point de vue orangiste est de plus en plus à l’effet que la question linguistique au Québec est une tactique juive pour diviser les Blancs.

    Les vedettes de la chanson et de la scène artistique, même marginales ou contestataires, sont les dernières personnes à consulter pour des informations exactes,pertinentes et utiles politiquement. Peu importe qu’elles soient mainstream ou d’opposition, elles sont toutes déployées par un seul et même système, elles recourent toutes aux mêmes forces occultes à force de rituels crapuleux, elles ont toutes pour intérêt personnel la recherche de reconnaissance personnelle et le désir du public de fuir ses responsabilités en direction d’un univers virtuel. Quand la culture d’un peuple existe surtout de par ses artistes de scène, c’est le signe qu’elle est morte depuis longtemps, qu’elle n’est plus celle d’aucun peuple réellement vivant, mais un exercice de mythomanie. Aucun de ces artistes favorables au PQ n’a su ou voulu voir que le PQ n’a jamais eu d’autre projet culturel que celui de faire des Québécois les cobayes d’une expérience satanique made in London. Le Québec chanté par les chansonniers n’existe pas, il ne dépend que de subventions à la culture accordées pour empêcher la minorité contestataire de militer dans des causes plus sérieuses.

    • allmediacom  On 9 août 2015 at 22:41

      « Assimilation », « génocide » et « ethnocide », le résultat reste le même: l’extermination d’une nation.
      C’est précisément ce que voulait Durham, au nom de sa salope de Majesté

      Quand à vos clichés sur les artistes « qui vivent de subventions », vous pouvez vous les mettre où je pense.
      Pourriez-vous dire cela des Paul Piché et des Fred Pellerin?
      Les artistes sont les véhicules de notre culture, il faut les aider.
      On subventionne bien les corporations requins à coups de milliards quqnd ils nous font du chantage? Ça ne vous dérange pas trop, ça?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :