Archives des étiquettes : Couillard

2014 : l’ultime offensive des NéoLibéraux contre le peuple

Texte complet ici

« Tout se passe en fait tel que prévu.

banques (4 bonhommes tassés)
L’objectif des NéoLibéraux, ici comme ailleurs, est clair : c’est la mainmise de grandes entreprises intégrées sur l’ensemble des ressources et la concentration de la richesse entre les mains d’un groupe de plus en plus restreint de joueurs.
(Au Québec, l’ennemi numéro 1 du peuple reste Power Corp./Desmarais/Parti libéral.)

Indignation - caricature - souper au milieu et police autour

Pendant des années, les NéoLibéraux ont mis en place tous les outils pour y parvenir :
– le contrôle de la monnaie par les banques privées,
– l’endettement des États et des particuliers,
– les agences de notation,
– la spéculation boursière,
– les outils de contrôle économique internationaux (OMC, BM, FMI, G8 et G20, ententes de libre-échange),
– la légalisation de l’évasion fiscale,
– les baisses d’impôt pour les entreprises,
– la rémunération des dirigeants exempte d’impôt,
– le contrôle des richesses naturelles,
– l’or noir et les pétrodollars,
– le blocage des protocoles de réduction des gaz à effet de serre,
– l’encerclement de la Russie par l’OTAN,
– la supposée guerre contre le terrorisme,
– le contrôle des médias de communication et des partis politiques dans le but de contrôler les élections et les gouvernements, etc.

Les NéoLibéraux sont maintenant parvenus à la «solution finale»: le démantèlement de l’État providence (redistributeur de la richesse), de l’État social, au profit d’un État purement contrôleur au service des intérêts économiques.

Capture
BANQUE SCOTIA.
MAIS NOUS POUVONS ENCORE AGIR ET RÉAGIR.

Au Québec, la seule inconnue politique est l’arrivée de Pierre Péladeau à la tête du Parti québécois, avec la souveraineté comme objectif premier. Ce nouveau joueur, dont l’appui populaire, mais aussi le statut, sont sans précédent, peut modifier la trajectoire de tous les acteurs en présence : il représente une possibilité, la dernière sans doute, de débloquer l’impasse du statut politique du Québec, sans toutefois apporter de réponse définitive à l’impasse du néolibéralisme.

Constitution René Lévesque

Je ne vois pas d’autre voie satisfaisante de sortie de crise qu’ un recours à la souveraineté du peuple, s’exprimant par une assemblée constituante non partisane, pour permettre une réforme en profondeur de nos institutions démocratiques (économiques, sociales et politiques) et une reprise effective du pouvoir par le peuple, et pour inscrire ces nouvelles règles du jeu dans une première véritable constitution démocratique du Québec. Et cela, c’est une Révolution…tranquille espérons-le, mais c’est la seule véritable solution. Preuve que c’est possible : certains pays ont commencé à le faire avec d’étonnants résultats : la Bolivie, l’Équateur, les pays bolivariens d’Amérique latine en général, l’Islande, et peut-être la Tunisie.

Roméo Bouchard, citoyen  constituant, Saint-Germain-de-Kamouraska. 27 décembre 2014. 

Le Québec qui « vit au-dessus de ses moyens », un MYTHE libéral visant à manipuler

Source

Le Parti libéral du Québec est un expert du mensonge et de la supercherie.

Pour justifier ses mesures « d’austérité » et réduire la taille de l’État, le gouvernement Couillard cultive la fausse image de «lourdeur» de notre État. Pourtant, si l’on regarde les dépenses par habitant fournies par Statistique Canada, on constate qu’elles s’élèvent à 18 381 $ au Québec comparativement à 18 815 $ pour l’ensemble du Canada.

Capture 4

Dépenses des administrations provinciales et locales par habitant, 2009

En santé 

  • Canada (sans le Québec): 3568 $
  • Québec: 3139 $
  • Ontario: 3481 $
  • Alberta: 3566 $
  • Colombie-Britannique: 3392 $

En éducation

  • Canada (sans le Québec): 2807 $
  • Québec:  2542 $
  • Ontario:  2705 $
  • Alberta:  3128 $
  • Colombie-Britannique:  2687 $

Source : Statistique Canada. Recettes et dépenses du secteur des administrations publiques, comptes économiques provinciaux, Tableau CANSIM 384-0004.

Difficile, au regard de ces chiffres, de parler «d’État obèse» ou de «Cadillac luxueuse». La population québécoise est en droit d’exiger un panier de services publics d’une qualité et d’une accessibilité comparables à ceux des autres provinces. C’est à cette mission que devraient être réinvestis les surplus que le gouvernement camouflera cette semaine.

Jeudi, le gouvernement Couillard présentera son deuxième budget et devrait annoncer en grande pompe le retour à l’équilibre budgétaire. Sous le couvert du déficit zéro, ce budget camouflera en réalité un surplus d’environ 1,6 milliard $. Dans le contexte actuel d’austérité et de sous-financement, ce surplus devrait être réinvesti dans les services publics, notamment en santé et en éducation.

La définition actuelle de «solde budgétaire au sens de la Loi sur l’équilibre budgétaire» a pour effet de donner une image faussée de la réalité des finances publiques du Québec. Si l’on se fie aux estimations de la dernière mise à jour économique de novembre, le surplus réel de 1,6 milliard $ qui sera réalisé par le gouvernement disparaîtra à la suite de l’inclusion, sous forme de dépenses, d’un versement équivalent au Fonds des générations.

Les prévisions pour les cinq prochaines années annoncent une hausse importante de ces versements au Fonds des générations à plus de 3 milliards $. Il est primordial que les documents budgétaires reflètent le fait que les futurs «déficits zéro» cacheront en fait des surplus importants qui seront affectés exclusivement au remboursement de la dette. Cette décision éminemment politique ne peut être dissimulée derrière un automatisme budgétaire. Dans le contexte où plusieurs services et programmes sont remis en question et où l’on demande d’importants sacrifices aux employées et employés de l’État, la population est en droit de débattre des priorités dans l’affectation de ces surplus.

Un retard en santé et en éducation

Les données montrent des retards importants en termes de financement dans les réseaux de l’éducation et de la santé. Si l’on se compare avec les provinces voisines, on constate que le Québec consacre moins de ressources à la santé et à l’éducation pour chaque citoyenne et citoyen. En santé, Québec investit 3139 $ par habitant, alors que la moyenne des autres provinces est de 3568 $. Il s’agit donc d’un manque à gagner de plus de 400 $ par personne, ou de près de 3 milliards $ pour le réseau de la santé québécois. En éducation, le Québec consacre 2542 $ par habitant alors que les autres provinces n’investissent en moyenne 2807 $ par personne.

Pierre-Antoine Harvey et Erik Bouchard-Boulianne, économistes à la Centrale des syndicats du Québec (CSQ), Montréal

Lettre à Justin Trudeau, Philippe Couillard et Amir Khadir (Charte de la laïcité)

Lettre ouverte au Cheikh Justin, au Hadj Couillard et à l’Émir Khadir  (LIEN)

Publication: 11/09/2013 12:09

Les voici les professionnels du prêt-à-porter moral qui gesticulent. Je les vois à la télé, dans les journaux, sur la toile, partout, emmitouflés de vertu, ces opportunistes, ces chasseurs du vote immigré, ces vierges offusquées… ils jacassent.

Il faut bien que j’entre dans l’arène, sorte mes griffes, assène des coups de gueule et leur demande de se taire.

Que Cheikh* Justin se taise, ce candide à la frimousse de séraphin, au regard céruléen, qui, pour quelques voix, n’hésite pas à s’engouffrer dans une mosquée à Calgary, à s’accoutrer d’un ridicule qamis et à balbutier quelques sourates.

Que Hadj** Couillard, chef du Parti libéral québécois, conseiller du prince Abdullah d’Arabie saoudite et défenseur de la culture wahhabite, se taise.

Que Cheikha*** Françoise David et l’Émir Khadir se taisent ! Au lieu de dénoncer des préceptes religieux misogynes, ils s’attaquent aux mesures laïques qui protègent la femme.

Que les ikhwa**** Sylvain Mallette, Omar Aktouf et consorts, ces intellos, ces profs et autres hâbleurs qui, par naïveté, par peur ou par connivence, sont prêts à troquer les principes québécois et universels contre je ne sais quelles hasardeuses valeurs, se taisent.

Mais que savent-ils de la terreur qu’engendre la violence religieuse ? Que savent-ils du péril islamiste ? Ont-ils entendu parler de ces filles voilées de force, de ces femmes lapidées, éventrées, brûlées à l’acide, de ces médecins, journalistes, artistes et écrivains assassinés ?

Oui, messieurs les marchands d’angélisme, vous êtes irresponsables.

Foin de vos accommodements «raisonnables» ! Foin de votre laïcité «ouverte»!

Votre ouverture faussement raisonnable sépare au lieu de rassembler. Vous créez des îlots d’exclusion, car enfin, qu’avez-vous contre la laïcité, cette idée noble et généreuse qui nous vient des Lumières ?

C’est la laïcité, seulement la laïcité, qui protégera les religieux, les non-croyants et le Québec. L’égalité entre les hommes et les femmes n’est pas négociable, elle doit primer sur la liberté religieuse, n’en déplaise aux fanatiques de tout acabit.

Vous semblez ignorer qu’en Occident les soldats d’Allah sont en mission. Ils ne sont pas en paix avec eux-mêmes car l’environnement immédiat, non islamique, les agresse tous les jours. Pour régler leurs conflits intérieurs, deux solutions s’offrent à eux : islamiser l’Occident ou moderniser l’islam (pour la Belle Province : québéciser l’islam ou islamiser le Québec). Mais l’islam étant la Parole révélée, les soldats d’Allah ne peuvent pas y toucher. Ils sont donc obligés d’opter pour l’islamisation de l’Occident. Exiger la viande halal dans les cantines et les garderies, faire consulter son épouse par un médecin-femme, exiger la ségrégation des sexes dans les piscines, etc., etc.

Savez-vous que pour les soldats d’Allah le monde est divisé en deux : la maison de la soumission (dar el islam), autrement dit, les terres islamisées, et la maison de la guerre (dar el harb), les terres qui restent à islamiser ? L’Occident appartient à la seconde catégorie et le Québec est une terre à conquérir.

Ceux qui pensent que l’islamisme peut être bienveillant, qu’il est soluble dans la modernité, se trompent d’analyse. L’islamisme n’est pas une maladie bénigne, mais une lèpre qui ronge nos sociétés. L’islamisme, c’est le fascisme vert, il vise à dominer, à avilir l’être humain.

Je m’élève encore une fois contre la lâcheté et l’angélisme de notre élite bien-pensante et réitère avec vigueur mon appui à la Charte des valeurs québécoises qui, répétons-le, sont des valeurs universelles.

À Rome, les étrangers devaient faire comme les Romains. Au Québec, on doit faire comme les Québécois. L’État chez lui ; la mosquée, l’église et la synagogue chez elles, comme aurait dit Victor Hugo. La religion doit rester dans la sphère privée. L’espace public doit être neutre.

Cheikh Justin, Hadj Couillard et Cheikha Françoise, vous avez, hélas, la mémoire bien courte. Il n’y a pas si longtemps, vos parents éclairés renvoyaient les curés à leurs églises. Aujourd’hui, vous vous agenouillez devant les islamistes qui grignotent insidieusement notre espace public.

 

Les voici les professionnels du prêt-à-porter moral qui gesticulent. Je les vois à la télé, dans les journaux, sur la toile, partout, emmitouflés de vertu, ces opportunistes, ces chasseurs du vote immigré, ces vierges offusquées… ils jacassent.

Il faut bien que j’entre dans l’arène, sorte mes griffes, assène des coups de gueule et leur demande de se taire.

Que Cheikh* Justin se taise, ce candide à la frimousse de séraphin, au regard céruléen, qui, pour quelques voix, n’hésite pas à s’engouffrer dans une mosquée à Calgary, à s’accoutrer d’un ridicule qamis et à balbutier quelques sourates.

Que Hadj** Couillard, chef du Parti libéral québécois, conseiller du prince Abdullah d’Arabie saoudite et défenseur de la culture wahhabite, se taise.

Que Cheikha*** Françoise David et l’Émir Khadir se taisent ! Au lieu de dénoncer des préceptes religieux misogynes, ils s’attaquent aux mesures laïques qui protègent la femme.

Que les ikhwa**** Sylvain Mallette, Omar Aktouf et consorts, ces intellos, ces profs et autres hâbleurs qui, par naïveté, par peur ou par connivence, sont prêts à troquer les principes québécois et universels contre je ne sais quelles hasardeuses valeurs, se taisent.

Mais que savent-ils de la terreur qu’engendre la violence religieuse ? Que savent-ils du péril islamiste ? Ont-ils entendu parler de ces filles voilées de force, de ces femmes lapidées, éventrées, brûlées à l’acide, de ces médecins, journalistes, artistes et écrivains assassinés ?

Oui, messieurs les marchands d’angélisme, vous êtes irresponsables.

Foin de vos accommodements «raisonnables» ! Foin de votre laïcité «ouverte»!

Votre ouverture faussement raisonnable sépare au lieu de rassembler. Vous créez des îlots d’exclusion, car enfin, qu’avez-vous contre la laïcité, cette idée noble et généreuse qui nous vient des Lumières ?

C’est la laïcité, seulement la laïcité, qui protégera les religieux, les non-croyants et le Québec. L’égalité entre les hommes et les femmes n’est pas négociable, elle doit primer sur la liberté religieuse, n’en déplaise aux fanatiques de tout acabit.

Vous semblez ignorer qu’en Occident les soldats d’Allah sont en mission. Ils ne sont pas en paix avec eux-mêmes car l’environnement immédiat, non islamique, les agresse tous les jours. Pour régler leurs conflits intérieurs, deux solutions s’offrent à eux : islamiser l’Occident ou moderniser l’islam (pour la Belle Province : québéciser l’islam ou islamiser le Québec). Mais l’islam étant la Parole révélée, les soldats d’Allah ne peuvent pas y toucher. Ils sont donc obligés d’opter pour l’islamisation de l’Occident. Exiger la viande halal dans les cantines et les garderies, faire consulter son épouse par un médecin-femme, exiger la ségrégation des sexes dans les piscines, etc., etc.

Savez-vous que pour les soldats d’Allah le monde est divisé en deux : la maison de la soumission (dar el islam), autrement dit, les terres islamisées, et la maison de la guerre (dar el harb), les terres qui restent à islamiser ? L’Occident appartient à la seconde catégorie et le Québec est une terre à conquérir.

Ceux qui pensent que l’islamisme peut être bienveillant, qu’il est soluble dans la modernité, se trompent d’analyse. L’islamisme n’est pas une maladie bénigne, mais une lèpre qui ronge nos sociétés. L’islamisme, c’est le fascisme vert, il vise à dominer, à avilir l’être humain.

Je m’élève encore une fois contre la lâcheté et l’angélisme de notre élite bien-pensante et réitère avec vigueur mon appui à la Charte des valeurs québécoises qui, répétons-le, sont des valeurs universelles.

À Rome, les étrangers devaient faire comme les Romains. Au Québec, on doit faire comme les Québécois. L’État chez lui ; la mosquée, l’église et la synagogue chez elles, comme aurait dit Victor Hugo. La religion doit rester dans la sphère privée. L’espace public doit être neutre.

Cheikh Justin, Hadj Couillard et Cheikha Françoise, vous avez, hélas, la mémoire bien courte. Il n’y a pas si longtemps, vos parents éclairés renvoyaient les curés à leurs églises. Aujourd’hui, vous vous agenouillez devant les islamistes qui grignotent insidieusement notre espace public.