Archives des étiquettes : français

Radio-Cadenas et le franglais: « le grand vide inside »

Toute l’horreur du « franglais » qui détruit le français et n’est utile qu’à l’anglais.
Que ce texte mentionné dans cet article soit finaliste n’est pas seulement une honte mais une agression contre notre nation.
Rappelons que Radio-Canada est une société d’État que nous finançons de notre poche.

« Y’a comme un vide inside depuis last summer.

Sometimes j’me demande si tu penses à moi, Between here and toé, Un train, un roadtrip, un highway, Between moé pis là-bas, J’réussis presque à m’faire à croire que j’t’attends pas… Y’a comme un frette inside depuis last Christmas, Où c’est qu’à va ma vie, j’tourne-tu en rond? Ton souffle hot qui frôle mes seins. Sometimes j’me dis que j’aurais besoin de toi »

Publicités

Le Canada n’est pas en position de donner de leçons en droits et libertés, sur son propre territoire!

Avant que les anglo-impérialistes canadiens puissent donner des leçons à qui que ce soit à propos de l’histoire, ils auront à « clarifier » certaines de leurs « actions » au Canada, menées principalement contre les minorités dont les autochtones et les francophones:

– Oppression et déportation en masses des Acadiens

– Massacres des autochtones et des Métis (Pontiac, Batoche, Louis Riel.. ), déplacement des survivants dans les réserves (concentration), internement de leurs enfants dans des institutions d’assimilation;
 
– Pratiquement tous les traités de paix brisés;
 
– Autochtones poussés à la famine pour expérimentations médicales
 
– Fédération imposée de force sous un pouvoir centralisé
 
– Apartheid anti-Français partout au Canada pendant plus d’un siècle pour éradiquer la majorité francopohne
 
– Les vrais Canadiens (les Français) poussés au statut de « nègres blancs », leurs conditions de vie sous la domination impériale anglo-saxonne étant alors égales ou pires que celles des noirs étasuniens; et les conditions des autochtones étaient encore pires
 
– Plus de la moitié des vrais Canadiens forcés à l’exil (par exemple aux USA) pour travailler et survivre pendant que le gouvernement canadien, au lieu de les aider, poussait à fond la machine d’immigration en provenance de l’Europe
 
– Une Constitution et une Charte des droits imposées de force (coup d’État de 1982 de Trudeau, Chrétien et autres) conçues pour rendre impossible aux vrais Canadiens de protéger leur langue et leur culture
 
– Terrorisme d’État pour simuler un terrorisme indépendantiste (FLQ), police fédérale canadienne qui posent des bombes à Montréal, l’occupation de l’armée anglo-saxonne sous les ordres de Trudeau en 1970 (Crise d’Octobre), 900 personnes emprisonnées parfois pour des mois sans accusations contre elles.
Tout ça pour tenter de détruire les mouvements indépendantiste pacifique du Québec (avec peu de succès en fin de compte).
 
– Activités criminelles (Commission Gomery, Scandale des commandites, etc) contre les lois du Québec pour gagner les deux référendum (1980, 1995) sur la souveraineté du Québec
 
– Instrumentalisation des populations ethniques, obligation de déménager à Montréal pour obtenir la citoyenneté, menaces de la perdre s’ils appuient la souveraineté (Parizeau avait raison)
 
– ETC.
LISTE PARTIELLE DES EXACTIONS DU CANADA CONTRE SA PROPRE POPULATION.

Appel du coeur aux immigrants et aux autochtones du Québec

Chers amis immigrants,
 
Vous êtes venus vivre au Canada, plus précisément au Québec, un pays que nous avons bâti depuis nos ancêtres Français qui ont fondé la Nouvelle-France (le Canada), eux qui étaient les premiers immigrants dans ce pays qui était alors occupé par les Amérindiens. Ce sont ces premiers arrivants européens et leurs descendants qui ont bâti le Québec moderne.
 
Vous aimez le « Canada ». Mais peut-être qu’en réalité vous aimez le « Québec »? Ce ne serait pas une honte pour vous de le reconnaître pour vous-mêmes. Et votre intégration dans notre société n’en serait que plus harmonieuse.
 
Par ailleurs, l’Assemblée nationale du Québec a voté une loi en 1977, par voies démocratiques, faisant du français la langue officielle de notre nation et futur pays. Cette langue est la langue maternelle de 82% de la population du Québec qui vous accueille (environ 60% à Montréal) et elle est connue par 94% de la population totale.
 
La majorité de Québécois ne peuvent pas apprendre la multitude de langues apportées ici par les immigrants. Il serait plus logique que ce soit l’inverse. Ne croyez-vous pas que le respect réciproque serait plus facile de cette façon? Malheureusement, encore trop d’immigrants allophones préfèrent adopter l’anglais, langue minoritaire au Québec.
 
Le français est la langue officielle dans 28 pays, elle est connue ou parlée par plus de 300 millions de personnes, elle est une langue officielle aux Nations Unies, c’est la langue par excellence de la diplomatie et sa culture est très puissante.
 
Le Québec est un pays magnifique qui ne demande qu’à être reconnu comme tel, et cela finira par arriver de façon officielle. La majorité française fondatrice du Québec et du Canada vous tend la main, à vous les immigrants allophones tentés par l’anglais (et par la culture anglo-saxonne canadienne qui a peu en commun avec celle du Québec progressiste).
 
J’ai plusieurs amis dont l’origine n’est pas du Québec. Et pourtant je vous assure que dès qu’ils parlent français, je ne vois plus nos différences.

Car la langue est le fondement des nations et des cultures, et au Québec, c’est le français.

 
Nous vous tendons la main, à vous et  aux nations autochtones, qui ont aussi souffert du régime fédéral, et qui sont mieux traitées au Québec que partout ailleurs au Canada, pour continuer de développer ce magnifique pays du Québec, dans la fierté, la dignité, la paix et la démocratie, tous rassemblés autour d’une très belle langue commune, qui est le français selon la Loi, et qui est l’une des langues officielles à l’ONU.
 
L’anglais langue seconde n’est pas interdit! Nous ne sommes pas en guerre contre l’anglais, nous voulons préserver et continuer d’épanouir la nation française fondatrice du Canada, envers et contre les efforts du Canada anglais qui souhaite la faire disparaître. Vous devez comprendre que pour la majorité française du Québec, l’anglais est la langue d’une nation qui nous a conquis et oppressé (sans nous faire disparaître encore) et qui souhaite l’éradication du fait français au Canada.

Tout comme elle a oeuvré à la marginalisation, et la presque disparition des nations autochtones, tant au Canada qu’au Québec. Les « affaires autochtones » sont de juridiction fédérale, pas québécoise.

 
La balle est dans votre camp. Nous vous attendons. Joignons nos efforts pour l’avenir.
 
Vive le Québec libre, démocratique et français, déjà une nation du monde

Anglais pas « langue internationale » – English not « international language »

.
Une fois pour toutes, pour tous ceux qui croient ENCORE que « l’anglais est la langue internationale », soit vous n’avez pas voyagé OU vous êtes restés à l’hôtel.
Voici donc les principales langues dans chaque pays.
Aidez-moi à corriger et compléter.
(J’ai laissé de côté les « pays » que je considère insignifiants soit par leur taille, leur population ou leur économie, ou une combinaison de tout ça).

(Note: pour les pays d’Afrique subsaharienne, la langue la plus répandue est le SWAHILI, ainsi que l’anglais, le français, le portuguais).

Afghanistan – afghan
Afrique du Sud – anglais
Albanie –
Algérie – arabe, français
Allemagne – allemand
Angola – anglais
Arabie saoudite – arabe
Argentine – espagnol
Arménie – arménien
Australie – anglais
Autriche – allemand
Azerbaïdjan – russe
Bahreïn – arabe
Bangladesh-
Belgique – français, wallon, flamand
Belize – espagnol
Bénin – français
Bhoutan –
Biélorussie – russe
Birmanie –
Bolivie – espagnol
Bosnie-Herzégovine –
Botswana –
Brésil – portuguais
Brunei – arabe
Bulgarie – bulgare
Burkina Faso – français
Burundi –
Cameroun – français
Canada – anglais, français (bientôt mandarin)
Centrafrique –
Chili – espagnol
Chine – mandarin, cantonnais
Colombie – espagnol
Congo – français
Corée du Nord – coréen
Corée du Sud – coréen
Costa Rica – espagnol
Côte d’Ivoire – français
Croatie – croate
Cuba – espagnol
Danemark – danois
Djibouti –
République dominicaine – espagnol
Égypte – arabe
Émirats arabes unis – arabe
Équateur – espagnol
Érythrée –
Espagne – espagnol
Estonie – russe
États-Unis – anglais, espagnol
Éthiopie –
Finlande – finlandais
France – français
Gabon – français
Gambie – français
Géorgie – russe
Ghana – anglais
Grèce – grec
Guatemala – espagnol
Guinée – français
Guinée-Bissau –
Guinée équatoriale – français
Guyana – français
Haïti – français, créole
Hollande (voir Pays-Bas) – dutch
Honduras – espagnol
Hongrie – hongrois
Inde – indi, anglais
Indonésie –
Irak – irakien
Iran – iranien
Irlande – anglais
Islande – islandais
Israël – hébreux
Italie – italien
Jamaïque – anglais
Japon – japonais
Jordanie – arabe
Kazakhstan – russe
Kenya – anglais
Kirghizistan – russe
Kiribati –
Koweït – arabe
Laos –
Lesotho –
Lettonie –
Liban – français
Libéria – anglais
Libye – arabe
Liechtenstein – allemand, français
Lituanie – russe
Luxembourg – français
Macédoine – grec?
Madagascar –
Malaisie – malais
Malawi –
Maldives –
Mali – français
Maroc – français
Maurice –
Mauritanie – français
Mexique – espagnol
Moldavie – moldave
Mongolie – mongol
Monténégro – grec?
Mozambique –
Namibie –
Népal – népalais
Nicaragua – espagnol
Niger – français
Nigeria – anglais
Norvège – norvégien
Nouvelle-Zélande – anglais
Oman – arabe
Ouganda –
Ouzbékistan – russe
Pakistan – pakistanais
Palaos –
République de Belau –
Palestine – arabe
Panamá – espagnol
Papouasie-Nouvelle-Guinée –
Paraguay – espagnol
Pays-Bas – dutch
Pérou – espagnol
Philippines –
Pologne – polonais
Portugal – portuguais
Qatar – arabe
Québec: français
Roumanie – roumain
Royaume-Uni – anglais
Russie – russe
Rwanda –
Salvador – espagnol
Sénégal – français
Serbie – serbe
Seychelles –
Sierra Leone – anglais
Singapour – anglais, langues chinoises
Slovaquie – slovaque
Slovénie –
Somalie –
Soudan –
Sri Lanka –
Suède – suédois
Suisse – français, allemand
Suriname –
Swaziland –
Syrie – arabe
Tadjikistan – russe
Tanzanie –
Tchad –
République tchèque – tchèque
Thaïlande – thaï
Timor oriental –
Togo – français
Tunisie – français, arabe
Turkménistan – russe
Turquie – turc
Ukraine – russe
Uruguay – espagnol
Venezuela – espagnol
Viêt Nam – vietnamien, français
Yémen –
Zambie –
Zimbabwe –

Pourquoi parler français – Why speak French

Why speak French?

  • 300 million people in the world speak French
  • In 2050 the world will have 600 million francophones
  • 33 countries have French as official language
  • French is the second most used language on Internet 
  • French is the language most taught in the world after English
  • French is the only language besides English to be spoken on the 5 continents
  • 116 million students are learning French in the world
  • French is one of two official languages of the Olympics
  • French facilitate access to careers in teaching, diplomacy, research and tourism
  • French is the language of arts, cuisine, fashion and love

Immigrant complexé au Québec, l’auto-victimisation, on en a marre

Le phénomène de l’immigrant frustré, complexé, l’auto-victimisation.

Un échange révélateur sur Facebook.
.
Ce phénomène, la « victimite d’immigrant » n’est pas unique au Québec.
Le racisme et l’ethnophobie sont présents partout dans le monde, incluant le Québec.
Vous admettrez toutefois qu’il est assez désagréable de supporter des immigrants ou fils d’immigrants qui traitent de racistes les gens du pays qui les ont accueillis.
Le racisme n’est pas expressément le sujet de la présente, à dire vrai, mais « la victimite d’immigrant », sujet corollaire.
.
Voici un exemple récent (sur Facebook):
.
Message d’origine:
.
Charest/Desmarais/Vandal/Sabia ont un plan précis pour privatiser Hydro-Québec après l’avoir endetté!
Savez-vous pourquoi John James Charest voulait acheter Hydro-Nouveau-Brunswick?
Parce qu’en achetant cet merde de la province voisine, Hydro-Québec tombait sur la Loi Constitutionnelle de 1867 et Hydro-Québec devenait Hydro-Canada!
Le peuple Québécois s’est soulevé et Charest a reculé, mais il poursuit son travail avec Desmarais, son ami Therry Vandal qui est à la tête d’Hydro-Québec, son ami Sabia de la Caisse de dépôt et placement du Québec, qui passe du temps à Sagard et Michel Plessis-Bélair est vice-président du conseil de Power Corp et est au conseil d’administration d’Hydro-Québec et au comité d’Hydro-Québec de gouvernance et d’éthique…

Ce beau monde, en cachette, vont privatiser Hydro-Québec, notre fleuron, pour ne plus jamais nous fassions l’indépendance.
En cadeau, les médias ne cesse de dire que nous sommes pauvre.
Charest a endetté le Québec comme jamais et viendra le moment où ils diront qu’ils nous faut de l’argent et vendront des parties d’Hydro-Québec aux firmes de Desmarais…
Pour y arriver, Desmarais fait passer Marois pour une folle dans ses trucs de masse et le vote francophone se divise… C’est-tu assez beau ça!
Donc, si les gens votent Charest le 4 septembre, ils votent pour la privatisation d’Hydro-Québec!
.
Réactions:
.
MAJID: (probablement un Arabe Égyptien)
(Note: je corrige certaines de ses fautes de français, mais pas « Quebec » qu’il tient à écrire sans le « é »).
.

Un texte peut être fort quand il est argumenté.
Un texte qui commence par « John James Charest » fait référence à ses origines irlandaises, comme si sa citoyenneté est douteuse.
Je ne suis pas libéral mais je trouve que l’argumentaire est biaisé.  (sic)
On devrait attaquer les politiques de l’homme au lieu de ses origines.
Beaucoup de québécois qui ont lutté et aimé ce peuple ne sont pas uniquement de descendance française. Revoir l’histoire…
.
MTG: (Québécoise de souche)
.
Si on nomme Jean Charest par son nom véritable nom, John James, c’est pour nous faire comprendre qu’il nous ment en cachant ses origines sous un faux nom français pour mieux amadouer les Québecois.
(Pilule: On n’attaque pas ses origines, on attaque son hypocrisie).
.
MAJID:
.
Cela veut dire que le nom de famille définit à lui seul l,amour du fait français et de la province.
Père et fils Johnson? Père de la révolution culturelle.
Les O’braidy et les Québécois de toutes les appartenances ont fait ce que nous sommes.
Selon ton mot, mieux un Tremblay, même fédéraliste qu’un stranger Québécois.
Pour moi un Foglia et d’autres sont aussi Québécois au même titre que Françoise David.
(Répondant à un autre usager):
Le Quebec que tu as connu comme étudiant, n’est pas le Quebec de ses citoyens qui y vivent et qui veulent en faire leur milieu de vie. Entre l’image romantique, même si elle était dure, ne ressemble en rien au citoyen qui n’est pas venu juste pour étudier, qu’importe les moyens.
La différence est que ma vie est icitte. Juste icitte, je suis chez moi
.
PILULE (Québécois de souche):
.
Tant mieux, moi aussi je suis chez moi, ce sont mes arrière-arrière-grands-parents qui ont  bâti ce pays, le Québec, où tu te sens « chez toi », et je te suis reconnaissant en leur nom de conserver cela en mémoire.
Tu as la réaction typique et agaçante de l’immigrant ou fils d’immigrants.
Tu compliques pour rien.
La raison pourquoi on appelle John James Charest de son vrai nom complet, c’est pour favoriser de donner une image plus précise et complète de ce personnage public.
Je suis sûr que tu es capable de comprendre que dans l’oreille du Québécois monsieur-tout-le monde francophone, faisant partie d’un peuple qui fut conquis (mais pas battu) par les Britanniques, le prénom « Jean » est beaucoup plus invitant que « John James ».
En tout cas, lui il l’a compris.
On se comprend?
.
Je parie que l’expression « Québécois de souche » te dérange aussi.
Donc j’explique en trois mots: ce terme veut dire « Québécois de souche française » dans le sens que les premiers arrivants européens sur notre territoire était presqu’entièrement des Français, à l’époque où ce territoire était « occupé » par les Amérindiens, qui sont maintenant les « autochtones », aussi appelées « premières nations ».
.
Mais « Québécois de souche », en résumé, fait référence aux 100 premières familles françaises venues s’installer dans ce qui allait devenir la Nouvelle-France (tiens donc), puis le Canada, puis le Québec.
.
MAJID:
.
Je ne suis ni touriste ni extraterrestre.
Parler des immigrants comme s’ils constituent une entité homogène est soit de mauvaise foi soit une ignorance grave de cette catégorie de citoyens.
C,est réducteur de ramener un argument au statut d,immigrant. Cela tend au déni de la citoyenneté de l,autre.
Jean Charest que je ne soutiens pas n’est dit John James Charest que dans le dessein de souligner le JOHN JAMES.
.
On peut attaquer le bilan de Charest mais souligner le James de son nom est sournois car il tend à lui subtiliser son affiliation au Québec. C,est cela la mauvaise foi.
Moi je suis citoyen avec ou sans l’accord de certains.
Il suffit d’avoir une opinion qui ne plait pas pour qu’on sorte l’argument de l’origine ou de la provenance. C,est mesquin.
À MTG: Cela t’a pris toute une nuit pour t’apercevoir que tu es adepte de la pensée binaire du NOUS et de EUX.
.
PILULE:
.
Majid je croyais avoir expliqué assez clairement.
Tu as la réaction paranoïaque typique des immigrants ou fils d’immigrants
Ce n’est PAS parce que ton opinion « ne me plaît pas » que je soulève cet aspect, c’est parce que c’est un fait observé, ce type de réaction chez les immigrants ou fils d’immigrants.
Je suis d’ailleurs surpris que tu n’as pas encore sorti le mot « raciste » à ce stade de la discussion.
.
Je te répondrai donc avec les mots de Pierre Falardeau: « Je me fout de où tu viens ou de ta couleur, si tu partages les mêmes luttes que moi, tu es mon frère. »
Il devait sous-entendre, et j’approuverais: « Si tu luttes pour le Canada et moi pour le Québec, on ne peut pas être des frères » (on peut seulement être CONCITOYENS).
Non je ne crois pas que les immigrants sont « une masse homogène », c’est toi qui le dit.
Non ça ne me dérange pas que Charogne soit d’origine irlandaise par sa mère; au contraire les Québécois et les Irlandais ont de très bonnes relations, que je sache.
Moi quand j’ai appris son vrai nom, j’ai trouvé ça pertinent, car ça fait partie de sa personne.
Et JEAN n’est PAS son nom.
Pour prouver sa « désaffiliation » du Québec, IL SUFFIT DE REGARDER SON BILAN, pas son vrai nom.
Avec Pierre Trudeau, Charogne est le pire ennemi des Québécois depuis 50 ans.
OUI on attaque le bilan de Charogne, ET CELA SANS RELÂCHE, bien plus que son vrai nom.
Si tu te bats avec moi contre ces ordures, tu es mon frère.
.
MAJID:  (s’entête comme s’il n’avait pas lu le message précédent)
.
Bien que tu veuilles me confiner dans un statut, à tes yeux réducteur’ d’immigrant, je n’ai jamais parlé ni de mes origines, ni jouer le violon de la  » Victimite » comme tu aurais voulu que je le fasse. Je n,ai pas parlé de racisme, ni d’un rejet quelconque.
J,ai essayé de débattre en tant que citoyen que je revendique être et j,ai souligné que dans un débat politique responsable, sain et constructif, on ne devrait pas attaquer quelqu’un sur un prénom hérité qu,il n’a pas choisi, du sexe d,un(e) candidat(e), de l,origine d,un autre.
On devrait débattre du fond des choses, bilan, vision, perspective, etc.
Je suis surpris que tu puisses focaliser sur moi (immigrant ou fils d,immigrant ) alors que ce n,est pas le sujet… On appelle cela une diversion dans le langage de la rhétorique.
Diminuer de l,apport de l,autre en le décrédibilisant..
Voyons Monsieur! Biais de confirmation!
Le « Biais de confirmation » est quand on sélectionne et qu’on appuie les arguments qui renforcent notre point de vue ou notre perception et qu’on minimise, sinon balaye du revers de la main les versions que notre compréhension rejette parce que non ingérables, non assimilables. Non conformes à ce que nous considérons la norme légitime.
.
Je suis un journaliste aussi, écrivain confirmé et francophile assumé.
Ce qui me fait croire que je suis un médiateur interculturel plus qu,un adepte de la division et de la catégorisation de la citoyenneté en fonction des prénoms, des origines, de la date d,arrivée au Québec…
Quand on est journaliste, on écrit en fonction d,une déontologie et d,une éthique de travail qui préservent contre les générations faciles, l’essentialisation et la mauvaise foi.
.
PILULE:
.
Je pense avoir été assez clair pour t’expliquer.
Mais tu n’écoutes pas, à part toi-même.
Je ne t’ai PAS catégorisé dans un statut (parano, je répète), mais tu es tout de même plus immigrant que moi, ce qui est pertinent dans la présente discussion.
Ce sont mes ancêtres qui ont fondé et bâti ce pays (Nouvelle-France puis Canada puis Québec), mais c’est trop demander de le reconnaître pour les gens de mauvaise foi.
Je t’ai clairement expliqué que l’affaire du prénom de Charest est accessoire et que OUI on le fait, le débat sur le fond.
Mais tu fais la vierge offensée.
Et tu as un complexe d’infériorité.
Et tu me titilles avec la déontologie journalistique alors que je suis pas ici en tant que tel.
Bref tu m’énerves royalement.
.
Et en répétant faussement que je veux te confiner dans un statut, OUI TU FAIS LA VICTIME.
Ça aussi, ça m’énerve en tabarnak, surtout quand ça vient d’immigrants.
.
MAJID:
.
Tu t’énerves trop et souvent. C’est normal quand on n’admet pas la parole de l,autre.
Tu es la plus grande victime entouré de loups issus de l’immigration.
Tu l’as répété à l’infini (sic), ce mot immigrant!
Tous les maux de la terre, même le Tsunami sont de leur faute…Trop irritable pour être un bon débatteur.
Quand tu auras fini avec le prénom de Charest, tu dénigreras le sexe de madame David, la couleur de peau de Khadir, le poids de Barrette…
Tu es dans cette catégorie qui se donne raison d’être suffisant et insignifiant.
Question de journalisme, cela devient une seconde nature quand on y croit et quand on a intégré les principes et l’éthique.
Tu viens de nous dire que quand tu n,es pas au travail comme journaliste, tu peux fabuler, inventer, généraliser…prendre un comportement et l’acculer à tout un groupe pour en faire un groupe Homogène, uniforme etc.
Le citoyen Majid te salue.
.
PILULE:
.
Ok la vierge offensée se répète à l’infini…
J’ai répété « immigrant » parce que c’est l’orientation que TOI, PAS MOI, as donné à cette discussion (les « origines »).
Je « dénigre » surtout les trous du cul en général, peu importe leur « origine » et leur « prénom ».
Donc le « citoyen Éric » t’envoie chier « de façon homogène », même pas besoin de te « confiner dans un statut ».
« Mon Père, s’il est possible, que ce calice passe loin de moi; toutefois non pas ma volonté mais la vôtre. »(Matthieu, ch 26 v. 39).
.
MAJID (il insiste et insiste; commentaire supprimé par MTG):
.
Pas grave fiston! (condescendance) Tu es en furie. Je te pose juste la question qui tue et qui n,a rien avec « Oh les immigrants pensent ainsi »
Es-tu d’accord:
Quelqu’un attaque Madame Marois sur le fait qu’elle soit une femme( sexe) c,est connu…  Je ne parle même pas de Françoise David que tu devrait mépriser… Amir khadir , devrait te faire peur…couleur, origine?
Le médecin barrette, est-il docteur avec dezs idées différentes ou juste le gros?  Djamila Benhabib, candidate pour le PQ à trois rivières, une crisss d,importée ou juste un mirage…
Ne demande pas à MTG de te soutenir tout le temps….Elle n,est pas conne.
.
PILULE:
.
À MTG: tu as bien fait d’enlever ce commentaire de Majid.
Vraiment un pathétique frustré plus têtu qu’un âne, à s’en arracher les cheveux.
Merci néanmoins d’avoir permis quelques échanges; on aura essayé…
Le jour où je jugerai que je suis entouré de trop d’individus dans ce genre, je devrai changer de pays…. (mais ils sont partout!)
.
.
P.s. à Majid: en te lisant, dois-je deviner que tu es un gros transexuel féministe avec un nom bizarre et qui vote Québec Solidaire?
Désolé, je plaisante...
.

Indépendance du Québec: ça devient urgent

Opinion publiée dans Le Devoir par: Marc Laviolette et Pierre Dubuc, respectivement président et secrétaire du club politique Syndicalistes et progressistes pour un Québec libre (SPQ Libre) .

La détérioration rapide de la situation économique et la mise à l’écart du Québec par le gouvernement fédéral mettent à l’ordre du jour l’urgence de l’indépendance nationale. Depuis son accession au pouvoir, le gouvernement Harper accorde des milliards de dollars en subventions à l’industrie pétrolière de l’ouest du pays. Maintenant, c’est «bar ouvert» pour l’Ontario.

Les gouvernements fédéral et de l’Ontario s’apprêtent à verser plus de 13,5 milliards aux seules entreprises Chrysler et GM. Après avoir financé l’Ontario à réoutiller son industrie automobile, Ottawa le fera encore pour l’aider à renover son parc de centrales nucléaires. Pendant ce temps, l’industrie forestière québécoise doit se contenter de quelques centaines de millions et Hydro-Québec développe à nos frais, sans aide fédérale, ses projets hydro-électriques. .

 

Le déclin du poids politique du Québec à Ottawa commence à se faire sentir. Le gouvernement Harper a annoncé son intention de modifier la carte électorale pour mieux refléter la réalité démographique du pays. On ajouterait 24 nouvelles circonscriptions en Ontario et un nombre à définir en Alberta et en Colombie-Britannique.

À cela s’ajoute le déclin relatif de la population francophone au Québec même. Celle-ci est descendue en dessous de 80 % dans l’ensemble du Québec, et sous la barre psychologique des 50 % sur l’île de Montréal. Il n’y a pas 36 000 interprétations à ces données: elles annoncent la marginalisation du Québec et son insignifiance politique à Ottawa.

Pour s’assurer que le Québec ne relève pas la tête, les forces fédéralistes poursuivent la «guerre» (expression de Jean Pelletier, ex-chef de cabinet de Jean Chrétien) entreprise contre le mouvement souverainiste. Un livre (Le Référendum volé) a documenté les hauts faits d’armes du fédéral lors de la dernière campagne référendaire (et ses) efforts pour neutraliser trois instruments essentiels pour l’accession du Québec à la souveraineté: 1. La reconnaissance internationale. 2. Un outil économique pour contrer les pressions financières. 3. Des médias sympathiques.
(…)

Un an avant l’élection américaine, personne n’aurait prédit l’élection d’un président noir. Pourtant, Barack Obama y est parvenu, en ralliant des couches de la population — les jeunes, les Noirs, les latinos — avec le slogan: «Yes, we can!» Notre projet d’indépendance nationale est aussi noble et enthousiasmant que l’élection d’un président noir en plus d’être une nécessité absolue. Avec 101 députés péquistes et bloquistes, et tout leur personnel politique, nous avons l’ossature organisationnelle pour mener campagne. Alors, présentons une stratégie et une démarche claires et rallions la population autour du slogan: «On est capables!»