Archives des étiquettes : francophone

Pourquoi parler français – Why speak French

Why speak French?

  • 300 million people in the world speak French
  • In 2050 the world will have 600 million francophones
  • 33 countries have French as official language
  • French is the second most used language on Internet 
  • French is the language most taught in the world after English
  • French is the only language besides English to be spoken on the 5 continents
  • 116 million students are learning French in the world
  • French is one of two official languages of the Olympics
  • French facilitate access to careers in teaching, diplomacy, research and tourism
  • French is the language of arts, cuisine, fashion and love

Québec: Zachary Richard dénonce la haine propagée par le Canada anglais

Texte de Zachary Richard, écrit ce matin.
Merci M. Richard au nom de tous les Québécois.

J’ai été choqué ce matin d’apprendre que la soirée de victoire du Parti Québécois fut bouleversée par des coups de feu. Près de la porte arrière du Métropolis, l’entrée des artistes par laquelle j’ai passé maintes fois, un homme habillé d’un peignoir bleu et d’une cagoule a ouvert le feu laissant un mort et un blessé, et a mis le feu au bâtiment.

Madame Marois, qui était ciblée, ainsi que la foule, qui donnait son discours au moment que les coups de feu ont éclaté, s’est fait conduire hors de la scène par deux agents de sécurité. Elle est revenue quelques minutes plus tard pour calmer ses supporters. Dans le contexte de ce monde fou, ce n’est pas si surprenant que la folie arrive à notre porte après tout. Mais ce qui m’inquiète et qui me dégoûte est la réaction de certains suite à cette évènement tragique.

Pendant que le tueur se faisait transporter par la police, il criait : « Les Anglais se réveillent. C’est la vengeance des Anglais. » On traite clairement avec un fou, mais il semble que la folie se propage.

Dans les instants suivant le drame, une page Facebook a été créée pour réclamer la démission de Pauline Marois. Le créateur de la page, qui a rapidement accumulé 300 adeptes, stipulait que les événements du Métropolis démontrent que la présence du PQ à la tête de la province ne peut que provoquer de la violence.

Pire encore est la réaction du Globe and Mail, journal torontois, où on peut lire que « Les Séparatistes créent un cauchemar au Québec. » Dans un éditorial du 5 septembre on écrit: « Certainement les Canadiens raisonnables seront d’accords pour dire qu’une victoire du Parti Québécois sera extrêmement néfaste pour le Québec et le Canada. La campagne a dévoilé la vision irrationnelle, extrémiste et même perverse de Pauline Marois et ses supporters séparatistes. Ils n’aiment pas le Canada. Ils n’aiment pas la richesse. Ils n’aiment pas l’innovation. Il semble que même ils n’aiment pas les gens qui ne les ressemblent pas ou qui ne parlent pas comme eux. »

C’est un point de vue haineux, basé sur des préjugés et qui ne mérite que du dédain. S’il y a un cauchemar créé, c’est par un journaliste si peu responsable qui propage des propos incendiaires.

La nouvelle de l’évènement fait le tour du monde et vient assombrir la victoire du Parti Québécois. Mais ce qui est dangereux est de proclamer que ceci est la faute du Parti Québécois, et que les séparatistes ne sont que des terroristes. Ce qui me dérange c’est que cet évènement peut engendrer la peur.

Je voyage souvent à Moncton, Nouveau-Brunswick où j’observe un phénomène dérangeant parfois.

En entrant dans un ascenseur, ou en rencontrant quelqu’un dans la rue, on a un moment d’hésitation. S’il s’agit de s’adresser à un inconnu, on parle en anglais, ou on dit « Hello » sans accent, créant délibérément une ambiguïté linguistique et donc culturelle. Ceci dans la crainte de déranger. Pendant une grande partie de leur histoire, les francophones de l’Acadie (les ancêtres de Zachary Richard NDLR) s’effaçaient et les vestiges de cette auto-dégradation qui se manifeste toujours dans un gène qui s’éveille en public devant des inconnus. Il ne faudra pas qu’une pareille chose s’installe à Montréal. Il ne faudrait pas qu’on devienne réticent de parler une langue, quelle que soit la langue. Il ne faudra pas que les communautés linguistiques deviennent des groupes ennemis. Il ne faudra pas que le choix de parler le français nous mette dans une position antagoniste par rapport aux anglophones. Et surtout il ne faudra pas que les anglophones s’imaginent que les Francophones sont leurs ennemis.

On ne peut pas permettre à un fou de déstabiliser la communauté. On ne peut pas permettre à nos passions de nous conduire vers la haine. La ligne de combat de la société québécoise ne se démarque pas entre anglais et français, mais entre la tolérance et le préjugé.

Au lieu de jeter de l’huile sur le feu, le Globe and Mail aurait mieux fait de féliciter Pauline Marois pour sa victoire, une victoire démocratique et sans contestation. On aurait mieux fait de la féliciter d’être la première femme chef d’État du Québec. On aurait mieux fait de lui souhaiter bonne chance et courage dans l’épreuve de son mandat. Le début est assez mouvementé, mais il se peut fort bien qu’une femme va pouvoir gouverner avec plus de calme. C’est ce qui je lui souhaite.

Zachary Richard sur Wikipédia
.

Immigrant complexé au Québec, l’auto-victimisation, on en a marre

Le phénomène de l’immigrant frustré, complexé, l’auto-victimisation.

Un échange révélateur sur Facebook.
.
Ce phénomène, la « victimite d’immigrant » n’est pas unique au Québec.
Le racisme et l’ethnophobie sont présents partout dans le monde, incluant le Québec.
Vous admettrez toutefois qu’il est assez désagréable de supporter des immigrants ou fils d’immigrants qui traitent de racistes les gens du pays qui les ont accueillis.
Le racisme n’est pas expressément le sujet de la présente, à dire vrai, mais « la victimite d’immigrant », sujet corollaire.
.
Voici un exemple récent (sur Facebook):
.
Message d’origine:
.
Charest/Desmarais/Vandal/Sabia ont un plan précis pour privatiser Hydro-Québec après l’avoir endetté!
Savez-vous pourquoi John James Charest voulait acheter Hydro-Nouveau-Brunswick?
Parce qu’en achetant cet merde de la province voisine, Hydro-Québec tombait sur la Loi Constitutionnelle de 1867 et Hydro-Québec devenait Hydro-Canada!
Le peuple Québécois s’est soulevé et Charest a reculé, mais il poursuit son travail avec Desmarais, son ami Therry Vandal qui est à la tête d’Hydro-Québec, son ami Sabia de la Caisse de dépôt et placement du Québec, qui passe du temps à Sagard et Michel Plessis-Bélair est vice-président du conseil de Power Corp et est au conseil d’administration d’Hydro-Québec et au comité d’Hydro-Québec de gouvernance et d’éthique…

Ce beau monde, en cachette, vont privatiser Hydro-Québec, notre fleuron, pour ne plus jamais nous fassions l’indépendance.
En cadeau, les médias ne cesse de dire que nous sommes pauvre.
Charest a endetté le Québec comme jamais et viendra le moment où ils diront qu’ils nous faut de l’argent et vendront des parties d’Hydro-Québec aux firmes de Desmarais…
Pour y arriver, Desmarais fait passer Marois pour une folle dans ses trucs de masse et le vote francophone se divise… C’est-tu assez beau ça!
Donc, si les gens votent Charest le 4 septembre, ils votent pour la privatisation d’Hydro-Québec!
.
Réactions:
.
MAJID: (probablement un Arabe Égyptien)
(Note: je corrige certaines de ses fautes de français, mais pas « Quebec » qu’il tient à écrire sans le « é »).
.

Un texte peut être fort quand il est argumenté.
Un texte qui commence par « John James Charest » fait référence à ses origines irlandaises, comme si sa citoyenneté est douteuse.
Je ne suis pas libéral mais je trouve que l’argumentaire est biaisé.  (sic)
On devrait attaquer les politiques de l’homme au lieu de ses origines.
Beaucoup de québécois qui ont lutté et aimé ce peuple ne sont pas uniquement de descendance française. Revoir l’histoire…
.
MTG: (Québécoise de souche)
.
Si on nomme Jean Charest par son nom véritable nom, John James, c’est pour nous faire comprendre qu’il nous ment en cachant ses origines sous un faux nom français pour mieux amadouer les Québecois.
(Pilule: On n’attaque pas ses origines, on attaque son hypocrisie).
.
MAJID:
.
Cela veut dire que le nom de famille définit à lui seul l,amour du fait français et de la province.
Père et fils Johnson? Père de la révolution culturelle.
Les O’braidy et les Québécois de toutes les appartenances ont fait ce que nous sommes.
Selon ton mot, mieux un Tremblay, même fédéraliste qu’un stranger Québécois.
Pour moi un Foglia et d’autres sont aussi Québécois au même titre que Françoise David.
(Répondant à un autre usager):
Le Quebec que tu as connu comme étudiant, n’est pas le Quebec de ses citoyens qui y vivent et qui veulent en faire leur milieu de vie. Entre l’image romantique, même si elle était dure, ne ressemble en rien au citoyen qui n’est pas venu juste pour étudier, qu’importe les moyens.
La différence est que ma vie est icitte. Juste icitte, je suis chez moi
.
PILULE (Québécois de souche):
.
Tant mieux, moi aussi je suis chez moi, ce sont mes arrière-arrière-grands-parents qui ont  bâti ce pays, le Québec, où tu te sens « chez toi », et je te suis reconnaissant en leur nom de conserver cela en mémoire.
Tu as la réaction typique et agaçante de l’immigrant ou fils d’immigrants.
Tu compliques pour rien.
La raison pourquoi on appelle John James Charest de son vrai nom complet, c’est pour favoriser de donner une image plus précise et complète de ce personnage public.
Je suis sûr que tu es capable de comprendre que dans l’oreille du Québécois monsieur-tout-le monde francophone, faisant partie d’un peuple qui fut conquis (mais pas battu) par les Britanniques, le prénom « Jean » est beaucoup plus invitant que « John James ».
En tout cas, lui il l’a compris.
On se comprend?
.
Je parie que l’expression « Québécois de souche » te dérange aussi.
Donc j’explique en trois mots: ce terme veut dire « Québécois de souche française » dans le sens que les premiers arrivants européens sur notre territoire était presqu’entièrement des Français, à l’époque où ce territoire était « occupé » par les Amérindiens, qui sont maintenant les « autochtones », aussi appelées « premières nations ».
.
Mais « Québécois de souche », en résumé, fait référence aux 100 premières familles françaises venues s’installer dans ce qui allait devenir la Nouvelle-France (tiens donc), puis le Canada, puis le Québec.
.
MAJID:
.
Je ne suis ni touriste ni extraterrestre.
Parler des immigrants comme s’ils constituent une entité homogène est soit de mauvaise foi soit une ignorance grave de cette catégorie de citoyens.
C,est réducteur de ramener un argument au statut d,immigrant. Cela tend au déni de la citoyenneté de l,autre.
Jean Charest que je ne soutiens pas n’est dit John James Charest que dans le dessein de souligner le JOHN JAMES.
.
On peut attaquer le bilan de Charest mais souligner le James de son nom est sournois car il tend à lui subtiliser son affiliation au Québec. C,est cela la mauvaise foi.
Moi je suis citoyen avec ou sans l’accord de certains.
Il suffit d’avoir une opinion qui ne plait pas pour qu’on sorte l’argument de l’origine ou de la provenance. C,est mesquin.
À MTG: Cela t’a pris toute une nuit pour t’apercevoir que tu es adepte de la pensée binaire du NOUS et de EUX.
.
PILULE:
.
Majid je croyais avoir expliqué assez clairement.
Tu as la réaction paranoïaque typique des immigrants ou fils d’immigrants
Ce n’est PAS parce que ton opinion « ne me plaît pas » que je soulève cet aspect, c’est parce que c’est un fait observé, ce type de réaction chez les immigrants ou fils d’immigrants.
Je suis d’ailleurs surpris que tu n’as pas encore sorti le mot « raciste » à ce stade de la discussion.
.
Je te répondrai donc avec les mots de Pierre Falardeau: « Je me fout de où tu viens ou de ta couleur, si tu partages les mêmes luttes que moi, tu es mon frère. »
Il devait sous-entendre, et j’approuverais: « Si tu luttes pour le Canada et moi pour le Québec, on ne peut pas être des frères » (on peut seulement être CONCITOYENS).
Non je ne crois pas que les immigrants sont « une masse homogène », c’est toi qui le dit.
Non ça ne me dérange pas que Charogne soit d’origine irlandaise par sa mère; au contraire les Québécois et les Irlandais ont de très bonnes relations, que je sache.
Moi quand j’ai appris son vrai nom, j’ai trouvé ça pertinent, car ça fait partie de sa personne.
Et JEAN n’est PAS son nom.
Pour prouver sa « désaffiliation » du Québec, IL SUFFIT DE REGARDER SON BILAN, pas son vrai nom.
Avec Pierre Trudeau, Charogne est le pire ennemi des Québécois depuis 50 ans.
OUI on attaque le bilan de Charogne, ET CELA SANS RELÂCHE, bien plus que son vrai nom.
Si tu te bats avec moi contre ces ordures, tu es mon frère.
.
MAJID:  (s’entête comme s’il n’avait pas lu le message précédent)
.
Bien que tu veuilles me confiner dans un statut, à tes yeux réducteur’ d’immigrant, je n’ai jamais parlé ni de mes origines, ni jouer le violon de la  » Victimite » comme tu aurais voulu que je le fasse. Je n,ai pas parlé de racisme, ni d’un rejet quelconque.
J,ai essayé de débattre en tant que citoyen que je revendique être et j,ai souligné que dans un débat politique responsable, sain et constructif, on ne devrait pas attaquer quelqu’un sur un prénom hérité qu,il n’a pas choisi, du sexe d,un(e) candidat(e), de l,origine d,un autre.
On devrait débattre du fond des choses, bilan, vision, perspective, etc.
Je suis surpris que tu puisses focaliser sur moi (immigrant ou fils d,immigrant ) alors que ce n,est pas le sujet… On appelle cela une diversion dans le langage de la rhétorique.
Diminuer de l,apport de l,autre en le décrédibilisant..
Voyons Monsieur! Biais de confirmation!
Le « Biais de confirmation » est quand on sélectionne et qu’on appuie les arguments qui renforcent notre point de vue ou notre perception et qu’on minimise, sinon balaye du revers de la main les versions que notre compréhension rejette parce que non ingérables, non assimilables. Non conformes à ce que nous considérons la norme légitime.
.
Je suis un journaliste aussi, écrivain confirmé et francophile assumé.
Ce qui me fait croire que je suis un médiateur interculturel plus qu,un adepte de la division et de la catégorisation de la citoyenneté en fonction des prénoms, des origines, de la date d,arrivée au Québec…
Quand on est journaliste, on écrit en fonction d,une déontologie et d,une éthique de travail qui préservent contre les générations faciles, l’essentialisation et la mauvaise foi.
.
PILULE:
.
Je pense avoir été assez clair pour t’expliquer.
Mais tu n’écoutes pas, à part toi-même.
Je ne t’ai PAS catégorisé dans un statut (parano, je répète), mais tu es tout de même plus immigrant que moi, ce qui est pertinent dans la présente discussion.
Ce sont mes ancêtres qui ont fondé et bâti ce pays (Nouvelle-France puis Canada puis Québec), mais c’est trop demander de le reconnaître pour les gens de mauvaise foi.
Je t’ai clairement expliqué que l’affaire du prénom de Charest est accessoire et que OUI on le fait, le débat sur le fond.
Mais tu fais la vierge offensée.
Et tu as un complexe d’infériorité.
Et tu me titilles avec la déontologie journalistique alors que je suis pas ici en tant que tel.
Bref tu m’énerves royalement.
.
Et en répétant faussement que je veux te confiner dans un statut, OUI TU FAIS LA VICTIME.
Ça aussi, ça m’énerve en tabarnak, surtout quand ça vient d’immigrants.
.
MAJID:
.
Tu t’énerves trop et souvent. C’est normal quand on n’admet pas la parole de l,autre.
Tu es la plus grande victime entouré de loups issus de l’immigration.
Tu l’as répété à l’infini (sic), ce mot immigrant!
Tous les maux de la terre, même le Tsunami sont de leur faute…Trop irritable pour être un bon débatteur.
Quand tu auras fini avec le prénom de Charest, tu dénigreras le sexe de madame David, la couleur de peau de Khadir, le poids de Barrette…
Tu es dans cette catégorie qui se donne raison d’être suffisant et insignifiant.
Question de journalisme, cela devient une seconde nature quand on y croit et quand on a intégré les principes et l’éthique.
Tu viens de nous dire que quand tu n,es pas au travail comme journaliste, tu peux fabuler, inventer, généraliser…prendre un comportement et l’acculer à tout un groupe pour en faire un groupe Homogène, uniforme etc.
Le citoyen Majid te salue.
.
PILULE:
.
Ok la vierge offensée se répète à l’infini…
J’ai répété « immigrant » parce que c’est l’orientation que TOI, PAS MOI, as donné à cette discussion (les « origines »).
Je « dénigre » surtout les trous du cul en général, peu importe leur « origine » et leur « prénom ».
Donc le « citoyen Éric » t’envoie chier « de façon homogène », même pas besoin de te « confiner dans un statut ».
« Mon Père, s’il est possible, que ce calice passe loin de moi; toutefois non pas ma volonté mais la vôtre. »(Matthieu, ch 26 v. 39).
.
MAJID (il insiste et insiste; commentaire supprimé par MTG):
.
Pas grave fiston! (condescendance) Tu es en furie. Je te pose juste la question qui tue et qui n,a rien avec « Oh les immigrants pensent ainsi »
Es-tu d’accord:
Quelqu’un attaque Madame Marois sur le fait qu’elle soit une femme( sexe) c,est connu…  Je ne parle même pas de Françoise David que tu devrait mépriser… Amir khadir , devrait te faire peur…couleur, origine?
Le médecin barrette, est-il docteur avec dezs idées différentes ou juste le gros?  Djamila Benhabib, candidate pour le PQ à trois rivières, une crisss d,importée ou juste un mirage…
Ne demande pas à MTG de te soutenir tout le temps….Elle n,est pas conne.
.
PILULE:
.
À MTG: tu as bien fait d’enlever ce commentaire de Majid.
Vraiment un pathétique frustré plus têtu qu’un âne, à s’en arracher les cheveux.
Merci néanmoins d’avoir permis quelques échanges; on aura essayé…
Le jour où je jugerai que je suis entouré de trop d’individus dans ce genre, je devrai changer de pays…. (mais ils sont partout!)
.
.
P.s. à Majid: en te lisant, dois-je deviner que tu es un gros transexuel féministe avec un nom bizarre et qui vote Québec Solidaire?
Désolé, je plaisante...
.