Archives des étiquettes : Montréal

Des fédéralistes « séparatisses » voudraient séparer Montréal du Québec, l’ultime affront

Certaines forces, en général des fédéralistes, deviennent soudainement « séparatisses » quand il s’agit d’enlever Montréal au reste du Québec.

Article du 17 octobre 2018 dans le Journal de Montréal

Ça vous semble fou? Ça ne l’est pas tant que ça. PRENONS BIEN GARDE.

Cela a commencé sous le règne libéral qui vient de finir, quand ils ont donné à Montréal un statut spécial.

Ça continue avec la mairesse Valérie la plante qui affiche le drapeau de la ville et celui du Canada, mais pas celui du Québec, un affront non seulement à la loi mais aussi à la nation.

Cette « impossibilité » devient envisageable puisque Montréal se peuple de plus en plus de citoyens qui se fichent du reste du Québec, tant sur les plans identitaire, religieux que politique et idéologique.

Résultat des élections nationales du 1er octobre 2018:

Élections 2018 MONTREAL VS QUÉBEC copie

 

La mairesse Valérie la plante aurait ce qu’il faut pour les mener à la « victoire », elle qui ne manquera pas de rappeler aux Québécois qu’ils sont de méchants racistes xénophobes. Denis Coderre aurait fait l’affaire lui aussi.

Nombre de citoyens des régions et des banlieues préfèrent ignorer qu’une guerre est en cours dans leur métropole; ils pourraient se réveiller un jour avec une horrible surprise et une méchante gueule de bois.

Publicités

J. Charest, A. Pratte, A. Desmarais et M. Leroux devant la Commission Trilatérale, mais pas un mot des médias!

Jean Charest, André Pratte, André Desmarais et Monique Leroux devant la Commission Trilatérale

Pas un mot des « grands médias »!

Pourquoi?!

Capture

L’ancien premier ministre du Québec, Jean Charest (Parti libéral), a donné une conférence devant le gratin mondialiste de la Commission trilatérale le 8 novembre 2014 lors de la réunion annuelle du groupe nord-américain de cet organisme. L’éditorialiste en chef de La Presse, André Pratte, a également parlé devant les membres de cet organisme mondialiste.

Rappelons que la C.T. est le rassemblement des grosses gommes mondialistes et corporatistes qui veulent contrôler le monde.

Cette réunion a eu lieu à Montréal au Sofitel le 7 et 8 novembre 2014, un hotel luxueux situé sur la rue Sherbrooke-Ouest. Jean Charest et André Pratte n’étaient pas les seuls Québécois ou Canadiens présents à cette réunion. En effet, Raymond Chrétien (le frère de Jean), Monique F. Leroux, Eric Noël, Pierre Fortin, Heather Munroe-Blum et André Desmarais ont aussi parlé devant la Commission trilatérale.

Les Canadiens Jeffrey Simpson, Peter Boehm, John Manley, Jason Kenney et Michael Byers étaient aussi présents.

Le DÉCODEUR a demandé à la Commission trilatérale une copie de la transcription de l’exposé faite par l’ancien Premier ministre Jean Charest, mais cela lui a été refusé pour l’instant. La seule chose qu’il est possible de savoir en consultant le site de la Commission, c’est que Jean Charest était là pour discuter d’énergie et de l’environnement.

André Pratte, lui, n’en était pas à sa première visite devant la Commission trilatérale. Il avait déjà parlé devant David Rockefeller et compagnie pour la première fois en 2005. D’ailleurs il avait débuté son discours ainsi :

« C’est évidemment un grand honneur pour moi de m’adresser à une audience aussi distinguée ; et pour cette occasion, je crois que je dois remercier Mr. Desmarais, qui est le propriétaire du journal pour lequel j’ai le privilège de travailler. Alors vous pouvez, j’imagine, comprendre que je me sens un peu nerveux aujourd’hui. Cela veut aussi dire que si je vous ennuie à mort pendant les 20 prochaines minutes, vous saurez qui blâmer. »

La deuxième fois que nous savons pour sûr que Pratte a participé à une réunion de la Commission trilatérale, c’est en 2008 alors qu’il est présenté par Bill Graham (membre officiel de la Commission trilatérale et ancien chef intérimaire du PLC) au gratin mondialiste pour y discuter de politique canadienne.

En 2011, il participait à nouveau à la réunion annuelle de la section nord-américaine de la Commission, cette fois en compagnie d’un autre membre officiel du think tank, le journaliste Jeffrey Simpson, columnist politique au Globe and Mail. Dans son allocution, dont une copie a été obtenue par le DÉCODEUR (nous remercions Sue Ellen Parrot de la Commission trilatérale), Pratte affirme que la question de la souveraineté du Québec est en train de mourir et prédit que le nouveau parti de François Legault, la Coalition Avenir Québec (qui devient officiellement un parti politique trois semaines après son allocution à la Commission), pourrait gagner les prochaines élections (les élections de 2012 gagnées par le PQ de Marois). Selon Pratte à l’époque, Legault aurait gagné parce qu’il était prêt à imposer des mesures d’austérité, qu’il ne voulait rien savoir d’un éventuel référendum sur la souveraineté et surtout parce que les Québécois souhaitait du changement.

Il ne fait aucun doute que monsieur Pratte est un participant aux activités de la Commission trilatérale. Toutefois, contrairement à son collègue journaliste Jeffrey Simpson et à son patron André Desmarais, le nom d’André Pratte ne figure pas sur la liste officielle de la Commission. Le DÉCODEUR a écrit à monsieur André Pratte afin de savoir s’il se considérait comme un membre officiel du think tank. André Pratte n’a pas répondu à cette demande qui est demeurée lettre morte.

Lors de la dernière réunion annuelle à Montréal, il était encore là pour discuter et faire une mise à jour de la situation politique au Québec. Encore une fois, il a été impossible d’obtenir une copie de son allocution de la Commission trilatérale.

La présidente du Groupe Desjardins, Monique Leroux, était également présente à cette réunion pour discuter des enjeux démographiques en Amérique du nord. Madame Leroux est une membre officielle du think tank mondialiste.

Parmi les autres invités se trouvaient aussi le Québécois Eric Noël, un conférencier professionnel sur le mondialisme, qui a comme clients des multinationales comme Power Corporation, Alcan, Citigroup, Deloitte, General Electric, Goodyear, la banque CIBC, ainsi que le gouvernement du Canada et du Québec!

Raymond Chrétien, président du CORIM, est aussi un membre officiel du think tank.

Heather Munroe-Blum, la principale de l’Université McGill, est également une membre officielle de la Commission trilatérale.

Le Québécois Pierre Fortin est chroniqueur pour le magazine L’actualité et est professeur émérite de sciences économiques à l’UQAM.

Cette dernière réunion de la section nord-américaine de la Commission trilatérale pourrait être considérée comme une véritable édition québécoise de ce rendez-vous annuel des mondialistes. Comme quoi le Québec n’est pas à l’abri de la puissance de ce think tank qui dicte en douce l’agenda politique et économique de tous les pays riches du monde.

Appel du coeur aux immigrants et aux autochtones du Québec

Chers amis immigrants,
 
Vous êtes venus vivre au Canada, plus précisément au Québec, un pays que nous avons bâti depuis nos ancêtres Français qui ont fondé la Nouvelle-France (le Canada), eux qui étaient les premiers immigrants dans ce pays qui était alors occupé par les Amérindiens. Ce sont ces premiers arrivants européens et leurs descendants qui ont bâti le Québec moderne.
 
Vous aimez le « Canada ». Mais peut-être qu’en réalité vous aimez le « Québec »? Ce ne serait pas une honte pour vous de le reconnaître pour vous-mêmes. Et votre intégration dans notre société n’en serait que plus harmonieuse.
 
Par ailleurs, l’Assemblée nationale du Québec a voté une loi en 1977, par voies démocratiques, faisant du français la langue officielle de notre nation et futur pays. Cette langue est la langue maternelle de 82% de la population du Québec qui vous accueille (environ 60% à Montréal) et elle est connue par 94% de la population totale.
 
La majorité de Québécois ne peuvent pas apprendre la multitude de langues apportées ici par les immigrants. Il serait plus logique que ce soit l’inverse. Ne croyez-vous pas que le respect réciproque serait plus facile de cette façon? Malheureusement, encore trop d’immigrants allophones préfèrent adopter l’anglais, langue minoritaire au Québec.
 
Le français est la langue officielle dans 28 pays, elle est connue ou parlée par plus de 300 millions de personnes, elle est une langue officielle aux Nations Unies, c’est la langue par excellence de la diplomatie et sa culture est très puissante.
 
Le Québec est un pays magnifique qui ne demande qu’à être reconnu comme tel, et cela finira par arriver de façon officielle. La majorité française fondatrice du Québec et du Canada vous tend la main, à vous les immigrants allophones tentés par l’anglais (et par la culture anglo-saxonne canadienne qui a peu en commun avec celle du Québec progressiste).
 
J’ai plusieurs amis dont l’origine n’est pas du Québec. Et pourtant je vous assure que dès qu’ils parlent français, je ne vois plus nos différences.

Car la langue est le fondement des nations et des cultures, et au Québec, c’est le français.

 
Nous vous tendons la main, à vous et  aux nations autochtones, qui ont aussi souffert du régime fédéral, et qui sont mieux traitées au Québec que partout ailleurs au Canada, pour continuer de développer ce magnifique pays du Québec, dans la fierté, la dignité, la paix et la démocratie, tous rassemblés autour d’une très belle langue commune, qui est le français selon la Loi, et qui est l’une des langues officielles à l’ONU.
 
L’anglais langue seconde n’est pas interdit! Nous ne sommes pas en guerre contre l’anglais, nous voulons préserver et continuer d’épanouir la nation française fondatrice du Canada, envers et contre les efforts du Canada anglais qui souhaite la faire disparaître. Vous devez comprendre que pour la majorité française du Québec, l’anglais est la langue d’une nation qui nous a conquis et oppressé (sans nous faire disparaître encore) et qui souhaite l’éradication du fait français au Canada.

Tout comme elle a oeuvré à la marginalisation, et la presque disparition des nations autochtones, tant au Canada qu’au Québec. Les « affaires autochtones » sont de juridiction fédérale, pas québécoise.

 
La balle est dans votre camp. Nous vous attendons. Joignons nos efforts pour l’avenir.
 
Vive le Québec libre, démocratique et français, déjà une nation du monde