Archives des étiquettes : psychologie

Fascinant: pourquoi les gens défendent-ils l’indéfendable, contre leurs propres intérêts?

« Donne un cheval à celui qui dit la vérité : il en aura besoin pour s’enfuir. »

Comment donc se fait-il que les gens défendent des systèmes (gouvernements, institutions, entreprises, religions…) injustes, incompétents et corrompus?
Par exemple pourquoi vote-t-on encore pour le Parti Libéral au Québec?
Ou pourquoi G. W. Bush a-t-il remonté de façon spectaculaire – et immédiatement – dans l’opinion publique, le 11 septembre?072512_1429_pourquoiles1

Avec la théorie de la justification du système (1), en psychologie sociale, des études montrent que ces personnes cherchent à maintenir leurs vues selon lesquelles leurs systèmes sociaux sont légitimes même lorsqu’ils sont confrontés à des informations montrant le contraire. Ils s’engagent alors dans des processus psychologiques qui visent à défendre le système et à le justifier.

Mais ils ne justifient pas leurs systèmes sociaux en tout temps, expliquent les psychologues Aaron C. Kay de l’Université Duke et Justin Friesen de l’Université de Waterloo. Certains contextes, proposent-ils dans une étude publiée en 2011 dans la revue Current Directions in Psychological Science, motivent davantage à défendre le statu quo.

Selon les analyses des études sur le sujet, 4 conditions peuvent motiver à justifier un système.

 

  • Le système est menacé
    Lorsque ils sont menacés les gens se défendent eux-mêmes et défendent leurs systèmes. Par exemple, illustrent les chercheurs, avant la destruction des tours du World Trade Center de New York le 9 septembre 2001, le président George Bush plongeait dans les sondages. Aussitôt après, sa cote de popularité a grimpé ainsi que le soutien au Congrès et à la police.
    Autre exemple, lors de l’ouragan Katrina, les Américains ont été témoins de l’insuffisance « spectaculaire » de la capacité de la FEMA (Federal Emergency Management Agency) à sauver les victimes. Pourtant, beaucoup de gens ont blâmé les victimes plutôt que d’admettre les ratés de l’agence et de soutenir des idées pour l’améliorer.
    En temps de crise, disent les auteurs, « nous voulons croire que le système fonctionne« .
  • Les gens sont dépendants du système
    Les gens défendent également des systèmes desquels ils dépendent. Dans une expérience, illustrent les chercheurs, des étudiants ayant été mis dans un contexte les incitant à se sentir dépendants de leur université, défendaient une politique de financement de cette dernière, mais désapprouvaient la même politique de la part du gouvernement. Mais lorsque ils étaient mis dans un contexte les amenant à se sentir dépendants du gouvernement, ils approuvaient la politique de la part du gouvernement mais pas de la part de l’université.
  • Les gens ne peuvent échapper au système
    « Lorsque nous sentons que nous ne pouvons pas échapper à un système, nous nous adaptons. Cela inclut d’accepter des choses que, autrement, nous pourrions considérer indésirables« , expliquent les chercheurs.
    Dans une étude, mentionnent-ils, les participants étaient informés que les salaires des hommes dans leur pays étaient 20% plus élevés que ceux des femmes. Plutôt que de considérer le système injuste, ceux qui estimaient qu’ils ne pouvaient pas émigrer avaient tendance à attribuer l’écart salarial à des différences innées entre les sexes. « On penserait que quand les gens sont coincés avec un système, ils voudraient davantage le changer, dit Kay, mais en fait, plus ils sont coincés, plus ils sont susceptibles d’expliquer ses lacunes.»
  • Les gens ont peu de contrôle personnel
    Finalement, des études suggèrent que quand les gens sentent un manque de contrôle personnel sur leur propre vie, ils ont tendance à compenser en soutenant les systèmes et les dirigeants qui offrent un sens de l’ordre, afin d’être rassurés que les choses sont sous contrôle.

 

La justification, soulignent les chercheurs, n’est pas la même chose que l’approbation.
En justifiant un système, les gens lui attribuent souvent des qualités qu’il n’a pas mais devrait avoir. Il y aussi des limites, des point de basculement, au-delà desquels les systèmes ne sont plus considérés comme étant moins légitimes, mais comme complètement illégitimes et donc presque impossibles à défendre.
psychomedia.qc.ca avec sources: Association for Psychologial Science, Current Directions in Psychological Science.
Tous droits réservés
Voyez également:

(1) Introduite par le psychologue John. T. Jost et ses collègues en 1994.
Psychomédia avec sources: Association for Psychologial Science.

 

Voir l’article original
.

Soutien psychologique en ligne (de Montréal) accessible de partout

Je suis psychosociologue, conseiller accompagnateur, je vous souhaite la bienvenue sur mon site.

Contactez-moi sans frais ni obligation pour un premier échange. Mes interventions se font presque toujours en ligne (à distance) mais elles peuvent exceptionnellement se faire aussi en bureau.

Il peut arriver à n’importe qui de ressentir le besoin de s’exprimer, d’être écouté sans jugement et compris dans ses problèmes ou ceux vécus par un proche ou un ami.

Souvent, on peut trouver difficile de se confier à une personne de notre entourage, par crainte d’être incompris ou même de susciter un nouveau conflit. C’est pourquoi le conseil d’un professionnel est très utile car ce dernier offre un accompagnement dégagé de parti pris et donc neutre.

Demander conseil à un professionnel est une démarche qui montre que vous êtes persuadé de pouvoir améliorer et résoudre une situation difficile.

Vous bénéficiez d’une totale confidentialité, et même de l’anonymat si vous le souhaitez, c’est d’ailleurs l’un des avantages d’une intervention en ligne.

Si vous souhaitez sortir d’une situation conflictuelle, tendue ou déprimante, un sentiment d’échec, une séparation, ou si vous avez de la difficulté à prendre une décision.

Si vous voulez vous libérer des blocages qui s’expriment parfois par des phrases telles que « je suis nul (le) », « je n’ose pas », « j’en suis incapable ».

Si vous souhaitez mettre fin à une spirale malsaine dans des relations : au travail, en famille, en amour.

Je veux vous aider à traverser cette période difficile, à trouver une solution à une crise et à vous soutenir dans votre reconstruction.

Vous n’êtes pas seul!

Je suis un Québécois résident à Montréal.
Je suis détenteur d’un baccalauréat (license) en Psychosociologie de la Communication, d’un autre en Orthopédagogie, et enfin d’une maîtrise en Administration internationale qui m’a amené à travailler dans le secteur humanitaire en Afrique et en Haïti.
Pendant plusieurs années, j’ai enseigné à plusieurs niveaux et j’ai pratiqué le journalisme et les communications pendant plus de 20 ans. J’ai accompagné de nombreuses personnes, accumulant ainsi un bagage d’expérience que j’ai choisi de mettre au service des personnes vivant des épreuves ou des interrogations, dans le cadre d’une pratique privée à distance, utilisant diverses technologies.

Un psychosociologue est un praticien de la psychologie sociale.
Ainsi, j’interviens auprès des individus aux prises avec des problèmes fonctionnels ou humains dans leur contexte personnel et psychosocial en vue de favoriser la résolution des problèmes en cause.
L’intervention psychosociologique est centrée à la fois sur la personne, sur les processus et sur les relations. Elles est une pratique d’accompagnement qui vise le développement des personnes, de leur conscience, leur autonomisation et leur responsabilisation.
Ma pratique est conforme aux dispositions de la Loi modifiant le Code des professions et d’autres dispositions législatives dans le domaine de la santé mentale et des relations humaines (Québec)